Vie et mort d’un barrage….

Le Barrage de Vezins (Manche)

Barrage de Vezins

UN PEU D’HISTOIRE

Le barrage de Vezins alimente une centrale hydroélectrique et est situé à Isigny-le-Buat dans la Manche…….

C’est un ouvrage à voûtes multiples et à contreforts, en béton armé, construit sur la Sélune pour compléter la production du barrage de la Roche-qui-Boit mis en service en 1920, production devenu insuffisante pour satisfaire une demande croissante et fournir en électricité les usines de chaussures de Fougères (Ille-et-Vilaine). Les travaux entraînent la destruction du barrage du moulin de Vezins, et la submersion des ponts des Biards et de Virey qu’il faudra remplacer. Pour compenser les difficultés aux migrations des poissons, le concessionnaire doit fournir des alevins et si nécessaire établir et entretenir une échelle à poissons.

Barrage de La Roche-Qui-Boit

De 1929 à 1932, la construction du barrage et de l’usine hydroélectrique nécessitent 2 000 tonnes de fer, 10 000 tonnes de ciment et plus de 25 000 m 3 de pierres. Pour franchir la vallée inondée, on construit le pont des Biards et celui de la République en 1930 et 1931.

Le barrage fait 35 m de haut et 278 m de long. Sa capacité est de 19 millions de mètres cubes. L’usine est équipée de trois groupes produisant environ 12 000 kW et peut fournir 22 millions de kWh en année moyenne. Le lac de retenue mesure 19 km de long et couvre 200 hectares. Une base de loisirs y a été aménagée.

Le barrage de Vezins joue un rôle stratégique pendant la Seconde Guerre mondiale puisqu’il fournit en électricité l’arsenal de Cherbourg et sa base de sous-marins. Un contingent de soldats allemands vient donc le protéger ainsi que celui de la Roche-qui-Boit. Le barrage subit deux attaques aériennes anglaises l’une en 1942, l’autre en 1943, elles s’avèrent inefficaces. Le 15 janvier 1944, des résistants sabotent deux transformateurs, retardant ainsi la construction du Mur de l’Atlantique. Á la Libération de Vezins, le 31 juillet 1944, un avion allemand tente de s’attaquer aux voûtes des barrages pour inonder la basse vallée de la Sélune et retarder l’avancée américaine. Il est abattu par la DCA américaine. Fin août 1944, des jeunes des Forces Françaises Intérieures assurent la garde des ouvrages.

(Pour info, les photos « d’avant » ont été récupérées sur le net)

Vers sa suppression

Initié en 2009, le projet de suppression des barrages de Vezins et de La Roche-qui-boit est acté en février 2012 dans le cadre d’un « plan d’action national pour la restauration de la continuité écologique des cours d’eau ». Le gouvernement suivant ne remettra pas en cause le projet. Une opposition s’organise rapidement contre ce projet, d’un coût estimé à 170 millions d’euros, qui menacerait 800 emplois directs ou induits. Une association « Les Amis du barrage de Vezins » est créée. Elle organise une consultation auprès de la population locale : 98,9 % des votes sont en faveur du maintien du barrage, alors qu’une enquête publique effectuée à l’automne 2014 n’annonçait que 47 % de votes favorables.

Le 14 novembre 2017, Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire, annonce l’arasement des barrages de la Roche-qui-boit et de Vezins.

La déconstruction du barrage de Vezins est programmée à partir du printemps 2018. Celle de La Roche-Qui-Boit doit suivre…….

A ce jour, la démolition est toujours en cours.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s