Florence Brochoire, femme photographe

J’ai voulu partager cet article du Nikon Mag sur une femme photographe, Florence Brochoire. Elle a sa vision propre sur certains décors et portraits que je trouve intéressante. Comme elle le dit, la femme n’est pas assez représentée dans ce métier, c’est vrai qu’on entend plus souvent des grands reporters-photographes. Vivement que ça change !

Florence Brochoire, une photographe sensible aux parcours de vie

https://pbs.twimg.com/profile_images/724592684736892929/lFpx8aGm.jpg

Le Festival Les femmes s’exposent, qui récompense les talents féminins, entame sa seconde édition du 7 juin au 31 août 2019 à Houlgate, avec pour partenaire Nikon et pour marraine la célèbre photographe franco-américaine Jane Evelyn Atwood. À travers cette programmation riche d’une quinzaine d’expositions sur des thèmes variés, rencontre avec l’une des participantes, la Rouennaise Florence Brochoire, spécialisée dans le photo-documentaire depuis une quinzaine d’années, qui évoque ses regards photographiques centrés sur l’humain.

Il y a 60 ans, le 9 août 1956, naît la Société Nationale de Construction pour les Travailleurs Algériens, la Sonacotral. Sa fonction est de construire des foyers pour les travailleurs migrants algériens qui vivent dans des bidonvilles comme ceux de Nanterre. Les structures se veulent provisoires, on pense alors que les travailleurs repartiront vivre en Algérie. Bien au contraire, durant ces 60 ans les missions de la société ne vont cesser de se multiplier. Rebaptisée Adoma en 2007, elle gère aujourd’hui 167 Foyers de Travailleurs Migrants, 369 Résidences sociales et 169 Centres d’Accueil de Demandeurs d’Asile. Foyer de Travailleurs Migrants Adoma de Limoges, 12 novembre 2015.

Votre travail, riche et éclectique, met en lumière des individus dont on parle peu dans les médias afin de les libérer de leur carcan, tout en explorant des univers difficiles, comme les ouvriers, l’immigration, les malades du sida, les hôpitaux psychiatriques, les prisons, les couvents. Comment se font ces choix dans ces lieux finalement très fermés ?

C’est justement ce qui m’attire. J’aime me rendre dans des endroits où on ne peut pas aller sans le prétexte de la photographie, de la sociologie, et qui véhiculent de nombreux fantasmes, d’idées reçues, de préjugés, bons ou mauvais. J’aime faire ma propre constatation sur ces milieux fermés, comme les couvents ; j’ai beaucoup travaillé sur les femmes qui s’engagent dans la religion. Tous ces endroits interdits éveillent en moi une curiosité et l’envie de montrer comment cela fonctionne de l’intérieur. Ensuite, l’idée est d’oublier les reportages existants, comme par exemple la psychiatrie. Je pense au travail de Raymond Depardon, San Clemente, où les travaux sur la psychiatrie sont très durs. Oublier ces images, ces reportages que j’aie pu consulter, et restituer mon ressenti sur place.

IL FAUT ENLEVER LA CROIX POUR PREPARER LA RETRAITE DE LA SEMAINE SAINTE (PAQUES) QUI COMMENCE VENDREDI. IL NE SERA RACCROCHE QU'APRES LA RESURECTION DU CHRIST. LA COMMUNAUTE CATHOLIQUE LE VERBE DE VIE EST CONSTITUEE DE CONSACRES, SOEURS ET FRERES, MAIS AUSSI DE LAÏCS CELIBATAIRES, EN COUPLE OU EN FAMILLE. ELLE POSSEDE PLUSIEURS MAISONS EN FRANCE MAIS AUSSI AU BRESIL. LA MAISON DU VERBE DE VIE D'ANDECY EST BASEE DANS L'ABBAYE DE VIVE FONTAINE. LE 7 MARS 2015, LA COMMUNAUTE A INAUGURE SA CHAPELLE BIOCLIMATIQUE DE VIVE FONTAINE. ILS SONT ACTUELLEMENT QUATORZE MEMBRES A VIVRE DANS LA MAISON AINSI QUE SIX JEUNES VENUS POUR FAIRE L'ECOLE MISSIONNAIRE OU SIMPLEMENT SE REPOSER. ANDECY, LIEU DIT DE LA COMMUNE DE BAYE (51), 23 MARS 2016.
LA RECREATION.
LA COMMUNAUTE CATHOLIQUE LE VERBE DE VIE EST CONSTITUEE DE CONSACRES, SOEURS ET FRERES, MAIS AUSSI DE LAÏCS CELIBATAIRES, EN COUPLE OU EN FAMILLE. ELLE POSSEDE PLUSIEURS MAISONS EN FRANCE MAIS AUSSI AU BRESIL. LA MAISON DU VERBE DE VIE D'ANDECY EST BASEE DANS L'ABBAYE DE VIVE FONTAINE. LE 7 MARS 2015, LA COMMUNAUTE A INAUGURE SA CHAPELLE BIOCLIMATIQUE DE VIVE FONTAINE. ILS SONT ACTUELLEMENT QUATORZE MEMBRES A VIVRE DANS LA MAISON AINSI QUE SIX JEUNES VENUS POUR FAIRE L'ECOLE MISSIONNAIRE OU SIMPLEMENT SE REPOSER. ANDECY, LIEU DIT DE LA COMMUNE DE BAYE (51), 22 MARS 2016.
REPETITIONS DANS LE JARDIN POUR LE SPECTACLE QUE LA COMMUNAUTE VA JOUER LORS DE LA PROCHAINE RETRAITE (PAQUES). LE VERBE DE VIE CONSIDERE L'ART, LA DANSE, LE CHANT, LE THEATRE... COMME DES OUTILS IMPORTANTS POUR L'EVANGILISATION. LA COMMUNAUTE CATHOLIQUE LE VERBE DE VIE EST CONSTITUEE DE CONSACRES, SOEURS ET FRERES, MAIS AUSSI DE LAÏCS CELIBATAIRES, EN COUPLE OU EN FAMILLE. ELLE POSSEDE PLUSIEURS MAISONS EN FRANCE MAIS AUSSI AU BRESIL. LA MAISON DU VERBE DE VIE D'ANDECY EST BASEE DANS L'ABBAYE DE VIVE FONTAINE. LE 7 MARS 2015, LA COMMUNAUTE A INAUGURE SA CHAPELLE BIOCLIMATIQUE DE VIVE FONTAINE. ILS SONT ACTUELLEMENT QUATORZE MEMBRES A VIVRE DANS LA MAISON AINSI QUE SIX JEUNES VENUS POUR FAIRE L'ECOLE MISSIONNAIRE OU SIMPLEMENT SE REPOSER. ANDECY, LIEU DIT DE LA COMMUNE DE BAYE (51), 22 MARS 2016.

Dans cette série que vous présentez au festival, vous montrez le microcosme de la pêche à travers des hommes et femmes qui en vivent. Qu’est-ce qui a motivé cette exploration à Dives en Normandie ?

L’idée m’a été proposée par la fondatrice du festival, Béatrice Tupin, à travers la résidence qu’elle organise une fois par an. Elle voulait porter un regard sur ces pêcheurs de Dives, situé entre Houlgate et Cabourg. Je suis partie à la rencontre de ces gens, ces familles, ces équipages qui vendent des poissons, des coques, des moules dans la Halle à Poissons. Cette série « Vagues et Lames » se compose de 12 visuels rectos versos, construits en diptyques.

PECHE A LA COQUILLE SAINT JACQUES A BORD DU CHALUTIER NEPTUNE, ZONE ATLANTIQUE NORD-EST, MANCHE, 13 FEVRIER 2019.
Florence Brochoire, une photographe sensible aux parcours de vie

Que vous a révélé ce travail ?

Ce qui était intéressant et que j’ai découvert, c’est vraiment ce microcosme. La vie s’articule autour de la pêche : ils en vivent, en mangent, en parlent. Tout est conditionné par la pêche et la manière dont l’univers s’organise via cette micro-société qu’est la Halle aux poissons, avec toutes les difficultés à travailler ensemble car entre eux, la compétition fait rage.

Pour tromper l'ennui, la famille regarde des séries sur le télépone portable d'Ali. La famille Sajadi : Seyed-Asghar le père, Rahima la mère, Ali 13 ans et Soraya 11 ans, vient d’Afghanistan. Membre de la minorité chiite Hazara du pays, cette famille a fui les talibans et est arrivée en France il y a six mois. Ils sont hébergés de manière provisoire dans ce centre situé en pleine zone rurale, à une heure de Toulouse. Le temps de préparer leur dossier pour l’OFPRA (l’Office Français de Protection des Réfugiés et Apatrides). Ce rendez-vous sera déterminant pour obtenir ou pas le statut de réfugiés. En 2015, seules 30% des demandes ont reçu une réponse positive. En attendant, chacun trompe l’ennui comme il peut. Soraya a intégré une classe de FLE (Français Langues Etrangères) dans l’école du village avec les autres enfants du CADA. Ses parents prennent également des cours de français au sein du CADA. Centre d’Accueil de Demandeurs d’Asile (CADA) Pierre Bayle, Carla-Bayle, Ariège, (09) 23 mai 2016.

Vous photographiez des portraits, jouez sur la double lecture d’un même lieu, sur le décadrage, les premiers, seconds voire troisièmes plans, en capturant toujours des instants de vie, un regard fixe ou perdu au milieu des autres. Qu’est-ce qui vous plaît chez Nikon, de manière artistique et technique, pour raconter ces histoires ?

Cela fait quinze ans que je travaille avec Nikon, depuis que je suis en argentique. J’ai varié les objectifs, les focales et je fais des films avec les boitiers ; une habitude s’est installée avec mon matériel. J’adorais le D700 car il avait une très belle texture d’image, une intelligence de la balance des couleurs. J’ai dû m’en séparer car il commençait à vieillir, il ne filmait pas et j’avais besoin de fichiers en plus haute définition avec une qualité d’images plus dense en pixels. Je travaille aujourd’hui avec un D750. Ce que j’aime dans ce modèle, c’est de pouvoir décentrer les cadrages et comment l’écran peut basculer, ce qui me permet d’être très près du sol, ou à l’inverse, de pouvoir prendre une photo les bras levés en inclinant l’écran.

Salle de prière dans le foyer. Ce foyer doit fermer en décembre 2016. Par la fenêtre, on aperçoit la future Résidence Sociale en chantier qui accueillera une partie des résidents. Dans les résidences sociales, les espaces communs sont réduits au minimum voire supprimés. Il n'y aura plus de salle de prière, ce que déplorent les délégués du foyer Senghor. Ils essaient de négocier avec Adoma pour en avoir une. Foyer de Travailleurs Migrants Senghor, Paris 13ème, 7 juillet 2016.

Vous êtes photographe indépendante depuis 2001, membre de Signatures depuis 2007, vous participez cette année à la seconde édition du festival. Comment expliquez-vous qu’il y ait encore si peu de femmes photographes ?

Depuis dix ans, elles sont de plus en plus nombreuses. Avant, elles faisaient les écoles mais ne poursuivaient pas de carrière. Aujourd’hui, elles se lancent et se confrontent à des terrains comme les manifestations, les reportages de guerre. L’évolution des mentalités prend du temps. Hommes comme femmes, c’est aussi très compliqué de trouver un équilibre entre reporter photographe et vie de famille. S’il y a de la censure de la part du milieu, je pense qu’il y a aussi une part d’autocensure dans l’esprit de certaines femmes. Ces festivals sont donc nécessaires, mais on aura gagné quand on n’aura plus besoin de créer ces événements, quand on sera arrivé à une mixité, un équilibre. Ils donnent cependant une légitimité à certains talents, comme Véronique de Viguerie ou Laurence Geai spécialisée en reportages de guerre. Car les hommes ont encore du mal à imaginer qu’une nana peut faire le job sur le terrain. Ce festival prouve le contraire. Il montre aussi que nous sommes nombreuses, en comparaison d’autres festivals, et qu’il y a autant de signatures que de photographes.

Florence Brochoire, une photographe sensible aux parcours de vie
Florence Brochoire, une photographe sensible aux parcours de vie

Vous considérez-vous comme une photographe féministe et militante ?

J’essaie de rester neutre. Mon militantisme est dans les sujets que je choisis, la manière de les traiter et de mettre en valeur ces femmes et ces hommes qui travaillent dans ce que j’estime être le bon sens. La photographie n’est pas une science exacte, il n’y a pas de règle. Certains terrains ont modifié la réaction des gens car j’étais une femme, comme mon reportage sur le foyer à Sonacotra sur les travailleurs migrants. Quand j’ai voulu prendre des photos de la salle de prière, la situation est devenue compliquée en tant que femme. Inversement, pour ma série sur les accouchements, les femmes m’ont autorisée à les photographier ; elles auraient dit non aux hommes. Plus qu’une question de positionnement, jeune, vieille, ou de sexe, il faut se sentir légitime. Cela ne peut pas fonctionner si au départ on s’excuse d’être une femme. Il faut briser les clichés, ce côté « fragile », « plus précieux ». J’ai pris l’initiative de couvrir les 60 ans de Sonacotra car je voulais retracer l’histoire des vagues d’immigration qui ont habité ces foyers d’accueil d’urgence. À la suite de ce travail, Libération et La Croix m’ont proposé de couvrir ce genre de sujets.

Florence Brochoire, une photographe sensible aux parcours de vie
Florence Brochoire, une photographe sensible aux parcours de vie
Florence Brochoire, une photographe sensible aux parcours de vie

Des rencontres qui vous ont le plus marquées ?

Mon reportage sur les femmes contaminées par leur mari au Cambodge. Ma rencontre avec Say Na, une jeune femme dont j’ai fait le portrait à l’hôpital de Douleur sans frontières. Je l’ai photographiée alors qu’elle était dans un état très avancé de la maladie. Pourtant, sur la photo, elle me donne son dernier sourire car elle allait mieux. Mais un matin, en lui rendant visite, elle était décédée. Elle avait 30 ans. On a beau se préparer, certaines situations vous atteignent profondément. Cette rencontre m’a marquée et a donné plus de sens à mon reportage. Je devais diffuser son histoire, continuer dans ce réveil des consciences par rapport au traitement des antirétroviraux et que ces pays puissent avoir accès à ces traitements.

© FLORENCE BROCHOIRE SAY NA VA MIEUX. MAIS LE REPIT DURERA PEU DE TEMPS. ELLE EST DECEDEE TROIS JOURS APRES CETTE IMAGE. CENTRE DE SOINS PALLIATIFS DE

Quels sont vos prochains projets ?

Je me consacre entièrement cette année à ce reportage sur les pêcheurs. Je le considère comme un travail personnel au long cours. Car après cette exposition, je souhaite prolonger le travail et le développer pour la presse.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s